Biographie

J’ai poussé mes premiers vagissements en 1961 à Neuchâtel. Peindre et dessiner? Oui j’ai toujours aimé cela mais je crois que la peinture est un prétexte pour admirer la nature et m’y immerger. Devenir artiste peintre à l’orée de mes 50 ans reste pour moi un sujet de questionnements multiples. Etait-ce un bon choix? Et puis à 50 ans peut-on changer de métier? Peindre est pour moi un lâcher-prise de chaque instant car il n’y a aucune sécurité, jamais. Ce tableau va-t-il être réussi? Et puis, va-t-il être vu (exposé?), et puis admiré et désiré? Et puis - encore mieux - va-t-il être vendu? La peinture appartient au monde des émotions, des ressentis et dépend du goût de chacun. C’est un monde irrationnel et mystérieux. Ce suspens permanent contribue à me faire avancer.

Val d'Illiez
Val d'Illiez

En 2004, j’ai décidé de quitter mon job qui n’avait plus rien à voir avec le graphisme, ma formation initiale. Puis en 2005, je suis parti à Bruxelles faire une école de peinture décorative: l’institut van der Kelen et Logelain; une école qui a fêté l’année passé ses 130 bougies. C’est là-bas que j’ai touché pour la première fois la peinture à l’huile et ça m’a plu. Un programme marathon de 6 mois m’a amené à réaliser 60 panneaux d’imitation du marbre et du bois et apprendre le trompe l’oeil. Ce fut une belle expérience. Vous pourrez voir une partie de ces panneaux dans ce site mais ce n'est plus mon activité actuellement.

Dès mon retour de Bruxelles en 2005, je travaille pour des clients privés dans la décoration et commence à peindre des tableaux (voir années 2004-05; réalisations).

En 2007, je pars à Florence suivre des cours à plein temps à la Angel Academy of Art où j’apprends beaucoup. Parallèlement, j'y fais la connaissance de Marc Dalessio, peintre d’origine californienne, qui m'a permis de perfectionner ma technique du portrait et m'a remis sur la voie de la peinture de paysage; ma préférence je crois. Dès l’été 2010, je suis de retour en Suisse. La vraie vie d’artiste commence avec ses questions, ses moments de grâce, ses doutes et ses choix.

décembre 2013

Biography

I pushed my first cries in 1961 in Neuchâtel. Painting and drawing ? Yes I 've always loved it but I think painting is an excuse to admire nature and immerse me into it. To become a painter at the edge of my 50 years is a source of questions . Was it a good choice? And then 50 years can you change your job ? Painting is for me a kind of letting go of each moment, because there is no security, ever. The painting belongs to the world of emotions; feelings depends on the taste of each individual. It is an irrational and mysterious world. This permanent suspense helps me to move forward.

Lac de Tanay
Lac de Tanay

In 2004, I decided to leave my job that had nothing to do any more with graphic design, my initial training. Then in 2005, I went to Brussels to a school of decorative painting : Institute van der Kelen and Logelain, that school has celebrated its 130 candles last year. It is there that I touched for the first time oil painting and I liked it. A marathon 6-month program led me to make 60 panels imitation marble and wood and learn trompe l'oeil. It was a great experience. You can see some of these panels in this website but it is not my business any more.

After coming back from Brussels in 2005, I worked for private clients in decoration painting and began to realize paintings (see 2004-05; realisation).

In 2007, I went to Florence to attend full-time classes at the Angel Academy of Art, where I learned a lot master techniks. Meanwhile, I make the acquaintance of Marc Dalessio, a painter from California which has allowed me to improve my portrait skills and handed me towards landscape painting, my preference I guess. Since summer 2010, I'm back to Switzerland. The true artist's life has begun with his questions, his moments of grace, his doubts and choice.

December 2013